Pourquoi désinfecter l’eau de sa piscine ?

L’objectif des désinfectants est de conserver une eau saine exempte de micro-organismes pathogènes tout en assurant une sensation agréable aux baigneurs et surtout sans provoquer d’irritations ou d’allergie. Leur emploi doit donc être précautionneux et correctement dosé. La méthode de désinfection est souvent déterminée à l’installation de la piscine mais vous pouvez envisager de changer de méthode en prenant des précautions quant à la transition entre les produits.

Il existe donc plusieurs méthodes de désinfection. La plus répandue est à base de chlore, ce chlore pouvant être introduit directement dans la piscine ou généré à partir de sel.

Peuvent également être choisis comme désinfectants le brome et le PMHB. Ces procédés sont moins courants car malgré quelques avantages, le brome et le PHMB présentent des inconvénients qui les réservent à des usages particuliers.

Le stabilisant

QU’EST CE QUE LE STABILISANT ?

Il est aussi appelé « acide cyanurique » ou « acide iso-cyanurique ». Ce n’est pas un désinfectant, mais un composant du galet de chlore qui lui permet de résister à une détérioration rapide sous l’effet des UV.

À QUOI SERT LE STABILISANT ?

Le chlore dit « organique » comme l’hypochlorite, l’eau de javel, les chlores gazeux (électrolyse au sel), certains chlores liquides ont une action plus courte dans le temps qu’un chlore stabilisé (non organique, comme le dichloro et le trichloro).

Le stabilisant augmente la durée de vie du galet en freinant sa dégradation par les Ultra Violet. Ainsi après quelques heures d’exposition au soleil, il subsiste 70% de chlore disponible pour un galet stabilisé, contre moins de 5% pour un galet sans stabilisant.

QUAND AJOUTER DU STABILISANT DANS SA PISCINE ?

Le stabilisant est à utiliser uniquement dans les piscines traitées au chlore.

L’acide isocyanurique peut être utilisé pour les chlores non stabilisés :

    • Hypochlorite de sodium, lithium ou de calcium,
    • Électrolyse au sel
    • Chlore liquide…

Vous en ajoutez :

    • En début de saison
    • À la mise en eau de la piscine ou dans le cas d’une eau neuve
    • Lors de compléments d’eau
    • Pour contrôler, mesurer et doser le stabilisant vous aurez besoin de bandelettes tests AquaChek jaune.

Vous trouverez du stabilisant sous forme de poudre, comme le Stabichloran® dans des seaux de 3 kilos.

Il s’utilise quelle que soit la dimension de votre piscine et quelle que soit sa filtration.

Comptez 30 grammes de stabilisant par m³, vous le versez directement dans le bassin.

Laissez tourner la filtration pendant 24 heures (suivez les instructions du fabricant).

Conseil du pro

Bien que contenant du chlore, il est inutile d’ajouter du stabilisant lorsque vous traitez votre piscine au brome. Ce dernier est peu sensible aux UV, c’est un de ses points forts. Si vous en mettez, il va y avoir une formation de bromocyanurates qui sont peu solubles, et qui vont bloquer les actions désinfectantes du brome.

Comment analyser l’eau de sa piscine ?

L’analyse est réalisée à l’aide de kits de contrôle de l’eau. Ces kits se présentent sous forme de bandelettes colorées ou de petits flacons doseurs. Le digital est aussi de la partie, des testeurs électroniques proposent de tester les différents paramètres.

Les flacons doseurs sont livrés avec un tube servant au prélèvement de l’eau de piscine et dans lequel on vient verser quelques gouttes de produit. Généralement, ce type de trousse ne mesure que le pH et le désinfectant ce qui peut s’avérer insuffisant surtout pour les grandes piscines.

Préférez donc les bandelettes qui permettent un test des quatre paramètres. D’un usage plus facile, ces bandelettes se composent d’une pastille dédiée à chacun d’eux. Après un bref trempage dans la piscine, les pastilles prennent une teinte correspondant à leur valeur respective. Leur coût un peu plus élevé est compensé par une fiabilité supérieure entraînant une diminution des traitements chocs.

On peut aussi opter pour des appareils de traitement automatiques de l’eau. Ces appareils analysent en permanence l’eau et diffusent la juste dose de produit d’entretien. Bien que relativement onéreux et nécessitant une installation spécifique, ces appareils peuvent s’avérer indispensables lorsque la surveillance de l’eau ne peut être régulière comme dans le cas d’une résidence secondaire.

Manipuler et utiliser correctement les produits

Les traitements chimiques pour piscine sont des produits potentiellement dangereux s’ils ne sont pas utilisés à bon escient. Il faut donc respecter certaines règles simples, suivre la notice d’utilisation du fabricant, ne pas utiliser le produit lorsque la date de péremption est passée et prendre en compte les étiquettes informatives sur leurs dangerosités.

POURQUOI LIRE LES ÉTIQUETTES INFORMATIVES DES PRODUITS DE TRAITEMENT ?

Les étiquettes collées sur les contenants des produits chimiques sont instructives et indispensables pour bien connaitre le produit, savoir quels sont ses composants, comment l’utiliser et dans quelle proportion, quels sont ses effets et ses réactions et connaître les directives à suivre en cas d’incident…

Pour manipuler les produits de traitement pour piscine en toute sécurité, il faut tenir compte des avertissements, porter de gants, couvrir les jambes et les bras, protéger les pieds avec des chaussures, et les yeux avec des lunettes.
Les produits de traitement de piscine sont efficaces et les dosages prescrits suffisent largement à traiter l’eau. Il est donc superflu de surdoser pour obtenir un meilleur résultat.
Lorsque l’on traite la piscine avec des produits chimiques il ne faut pas manger, ni boire et encore moins fumer.
Il faut prendre le temps de bien nettoyer et sécher le flacon doseur si deux produits chimiques sont utilisés l’un derrière l’autre, ou prévoir un verre mesureur pour chaque produit… sinon une réaction peut se produire, des vapeurs nocives…

Les symboles sur les étiquettes sont des renseignements précieux qu’il ne faut pas prendre à la légère. Les produits de piscine sont bien souvent toxiques, des étiquettes annoncent leur dangerosité.

Les produits de traitement pour piscines peuvent être comburants comme l’hypochlorite de calcium. Ils peuvent réagir chimiquement et oxyder des matières . Si la température de la pièce est trop élevée ou s’il fait chaud, les risques d’incendies ou d’explosions peuvent survenir. Cela est dû à ce que la matière comburante peut produire de l’oxygène et se combiner chimiquement à une autre matière.

Certains produits de piscine sont corrosifs comme le chlore, le pH… Ils peuvent endommager et détruire chimiquement des tissus, voir du métal. Lorsqu’ils rentrent en contact avec la peau, les yeux, les voies respiratoires ou le tube digestif, il y a des lésions.

La date de péremption est indiquée par le fabricant sur les contenants de produits chimiques. Elle est déterminée selon des données et selon l’historique du produit ou d’un produit similaire. Elle détermine la conformité du produit et sa pleine efficacité jusqu’à cette date.
Une fois ouvert, c’est inéluctable, le produit se détériore. Les causes sont multiples, la chaleur, la lumière, l’humidité, le contact avec l’air et les poussières environnementales. Par exemple, le chlore liquide a une durée d’utilisation de six mois après sa fabrication.
Lorsque la date de péremption est passée, la décomposition du produit chimique peut engendrer des vapeurs gazeuses, des phénomènes de polymérisation. Des surpressions du contenant peuvent se former et aller jusqu’à provoquer son éclatement.

LE TRAITEMENT DES EMBALLAGES DES PRODUITS CHIMIQUES

Une fois vide, les emballages des produits chimiques de piscine restent dangereux et doivent être traités avec vigilance. Ils ne sont pas à jeter dans la poubelle ménagère, ni dans la nature. Avant de les amener dans une déchetterie ou un centre spécialisé, les contenants vides sont rincés et refermés avec leur couvercle d’origine. S’il n’y a pas de déchetterie, les services techniques de la mairie peuvent donner des informations pour le traitement de ces déchets.
Les produits périmés ou les résidus de produits chimiques ne sont déversés ni dans un évier, ni à l’égout, ni dans le jardin… mais, eux aussi, déposés à la déchetterie.
Il n’est pas question de percer, déformer ou diminuer le volume du contenant et encore moins de les réutiliser pour un autre produit ou un autre usage.

Comment gérer l’entretien de l’eau de sa piscine ?

Il faut procéder à une analyse de l’eau.

Afin d’employer les produits de piscine de la façon la plus judicieuse et efficace, il convient de maîtriser l’analyse de l’eau du bassin de baignade ; c’est la seule façon de s’assurer de sa qualité. Tenter la gestion à la louche est le meilleur moyen de faire n’importe quoi !

L’analyse de l’eau consiste à mesurer quatre paramètres :

    • le taux de désinfectant
    • le PH ;
    • le stabilisant ;
    • l’alcalinité.

Ils sont interdépendants et les problèmes surviennent en raison du déséquilibre de l’un d’eux.

Le traitement de l’eau

Pourquoi traiter l’eau de ma piscine ?

L’eau est un élément naturel qui renferme des micro-organismes comme des algues, des champignons qui s’y développent… Une multitude d’éléments agissent et modifient la qualité de l’eau de la piscine comme les conditions climatiques, les polluants ramenés par les baigneurs ou dame nature. Pour que l’eau de la piscine ne devienne pas un bouillon de culture, un traitement chimique ou plus naturel est indispensable pour éviter la prolifération des virus et des bactéries.

Qu’est-ce qui perturbe l’équilibre de l’eau de ma piscine ?

Une foule de facteurs entrent en ligne de compte, et ont une influence sur la qualité de l’eau.
Si on ne peut pas avoir une grande action sur les UV qui ont tendance à détruire les composants actifs de certains traitements, ou sur le soleil qui fait monter la température de la piscine au-delà de 28 degrés diminuant la productivité du chlore ; il est possible d’agir sur certains d’entre eux pour limiter leur impact.
Par exemple, lorsque le vent amène son lot de poussières, de feuilles dans la piscine. Autant d’éléments qui vont perturber l’équilibre de l’eau. Plutôt que de les laisser stagner au fond du bassin, il est judicieux de passer l’épuisette ou de couvrir la piscine avec une bâche pendant l’épisode venteux.
Les détergents, le savon, l’huile à bronzer, le parfum… sont des éléments invisibles qui polluent l’eau de la piscine. Une simple douche avant la baignade les élimine. L’installation d’un pédiluve permet de retenir la terre et des herbes qui se trouvent sous les pieds des baigneurs.
Une forte fréquentation de la piscine peut être anticipée en faisant tourner la filtration plus longtemps que d’ordinaire et en équilibrant l’eau avant l’arrivée des baigneurs.

Comment gérer l’équilibre de l’eau de ma piscine ?

Il faut donc pouvoir mesurer et agir sur l’équilibre de l’eau pour éviter qu’elle « tourne » et garder en toutes circonstances une eau claire et cristalline.

En premier lieu, le contrôle et la mesure des éléments clés comme le pH, le TAC (alcalinité) ainsi que le TH (dureté) de l’eau sont à contrôler et à maîtriser car ils vont permettre au traitement d’être pleinement efficace.
Au moins une fois par semaine, et avant chaque traitement, une analyse d’eau de la piscine doit être faite. Plusieurs moyens sont disponibles : des bandelettes, un testeur électronique ou des tests colorimétriques.

Incontournable, l’eau doit être désinfectée. Lorsque la piscine est traitée, et quel que soit le type de traitement, il faut régulièrement contrôler la présence du désinfectant dans l’eau. Ces mesures se font plusieurs fois par semaine en pleine saison. Sinon, un traitement automatique peut être installé dans le local technique, limitant l’intervention de l’homme dans le suivi de l’équilibre et du traitement de l’eau.
La désinfection des eaux, évite tous risques de contaminations. Il garantit une eau saine, détruit les matières organiques, bactéries, virus, microbes qui représentent un danger sanitaire pour les baigneurs.

Le filtre est indispensable au traitement de la piscine, il bloque la grande majorité des impuretés tandis que le traitement désinfecte l’eau.
Le temps de filtration doit être suffisamment long et si possible lorsque les baigneurs sont dans la piscine, pour permettre au traitement d’exprimer toute son efficacité. Pour connaitre le temps utile de filtration, c’est simple, il faut diviser par deux la température de l’eau. En cas de fortes chaleurs, il est conseillé de faire tourner la filtration pendant 24 ou 48 heures d’affilées.

Voilà quelques principes simples pour garder une piscine étincelante et saine, pour le plus grand plaisir de tout le monde, baigneurs et propriétaires !