Temps de filtration

La filtration est indispensable pour maintenir l’eau de votre piscine pure et cristalline. Cependant la durée et la fréquence de filtration ne sont pas constantes et évoluent selon le moment de l’année, l’utilisation du bassin ou encore la météo. Il convient donc d’adapter la filtration aux conditions du moment. Pour vous y retrouver et optimiser votre filtration tout au long de l’année, voici les facteurs à connaitre et les bonnes pratiques à respecter :

Durée de filtration piscine : le bon calcul grâce aux bons facteurs

Temps de filtration selon la température de l’eau

La température de l‘eau influe sur le temps de filtration : plus elle est élevée, plus les bactéries et les algues risquent en effet de se développer dans votre piscine. Pour éviter leur propagation, le temps de filtration quotidien doit être augmenté en conséquence.

En dessous de 12 degrés, le risque de voir des micro-organismes se développer dans l’eau est faible, et une filtration minimum de 2 à 3 heures suffit. Au-delà, il faut augmenter le temps de filtration journalier selon le calcul approximatif suivant : Temps de filtration (en heures) = température de l’eau (en °C) / 2. Soit 6 à 7 heures de filtration entre 12 et 16 degrés, et jusqu’à 20 heures par jour quand la température avoisine les 30 degrés.

Température
de l’eau

Temps de filtration
(avec traitement au chlore ou brome)

Temps de filtration
(avec traitement à l’oxygène actif ou PHMB)

T < 10°C = 2 h 2 h
10°C < T < 12°C = 4 h 4 h
12°C < T < 16°C = 6 h 7 h
16°C < T < 24°C = 8 h 12 h
24°C < T < 27°C = 12 h 14 h
27°C < T < 30°C = 20 h 20 h
T > 30°C = 24 h 24 h

Lorsque la température de l’eau dépasse 27 degrés, le calcul de base ne s’applique plus. Il y a un risque élevé de voir des bactéries et algues se développer et le temps de filtration doit être augmenté en conséquence : on recommande 4 cycles complets de filtration et il peut même être nécessaire de faire fonctionner la filtration en continu si l’eau dépasse les 30 degrés.

Temps de filtration selon le nombre de baigneurs

Le temps de filtration doit aussi être adapté au nombre de personnes utilisant la piscine. Plus il y a de baigneurs, plus l’eau va être « polluée » (résidus de cosmétiques, poussières etc.) et demander à être filtrée. Pour définir la filtration, on utilise généralement ce calcul : Temps de filtration (en heures) = (Nombre de baigneurs / Débit de la pompe (en m3/h)) X2

Temps de filtration selon les équipements de filtration

Vous devez utiliser une pompe et un filtre adaptés au volume d’eau à filtrer, et donc à la taille de votre piscine. Si vos équipements de filtrations sont sous dimensionnés, il faudra augmenter le temps de filtration. Si en revanche vous utilisez des équipements d’une capacité supérieure, le temps de filtration pourra être réduit.

Temps de filtration selon le traitement de la piscine (chlore, brome, oxygène actif, PHMB…)

Les produits de traitement que vous utilisez dans votre piscine ont aussi une influence sur la régulation du temps de filtration. Les traitements à l’oxygène actif et au PHMB sont plus lents à agir à nécessitent une filtration plus longue. Le chlore et le brome en revanche, plus actifs, ont besoin de moins de temps (voir tableau ci-dessus).

Temps de filtration selon le revêtement de votre piscine

Lorsque les parois de votre piscine sont recouvertes d’un liner et que vous utilisez un traitement au chlore, vous devez prêter d’autant plus attention au fonctionnement de votre filtration. Le liner peut en effet se décolorer autour des aspirations d’eau si la durée de filtration n’est pas suffisante.

Temps de filtration et environnement externe

L’environnement doit également être pris en compte. Si votre bassin se trouve sous des arbres, près d’une forêt ou si elle est entourée de buissons, elle sera plus rapidement polluée par des feuilles, insectes et débris divers. Pour garder une eau belle et saine, il est alors nécessaire de programmer des temps de filtration plus longs. Pense-y aussi en période de récoltes ou des foins si vous êtes à la campagne et que le vent apporte poussières et impuretés jusque dans votre piscine.

A quel moment de la journée ?

Pour optimiser votre filtration, il est judicieux de filtrer en plusieurs fois et donc de diviser le temps de filtration en plusieurs séquences. Il convient d’activer la filtration en journée, lorsque des baigneurs sont présents dans l’eau, que le soleil favorise la photosynthèse et que le risque de développement de microorganismes est accru. En revanche en hiver, si vous pratiquez l’hivernage actif, vous pouvez parfaitement filtrer la nuit, si le bruit ne génère pas de nuisances trop importantes.

Temps de filtration et consommation d’énergie

Il peut être tentant de réduire la filtration de la piscine pour réaliser des économies d’énergie. Selon le plan tarifaire en vigueur, vous pouvez tenter de faire coïncider une partie des périodes de filtration avec les heures creuses, sauf si celles-ci sont exclusivement nocturnes. On a vu en effet que la filtration pour être efficace doit s’effectuer en journée, hormis l’hiver où vous pouvez programmer une filtration de nuit pour réaliser des économies. De même réduire le temps de filtration journalier expose votre bassin à la prolifération des algues et bactéries dont seul des traitements coûteux peuvent venir à bout.

La seule façon d’économiser en limitant le temps de filtration, c’est de bien l’adapter aux conditions. En surveillant la température de l’eau et suivant le nombre de baigneurs, vous pouvez réguler légèrement la durée des opérations. De même, il convient de bien connaitre vos équipements (pompe et filtre) et le volume de la piscine pour évaluer au plus juste le temps nécessaire pour que l’eau de piscine soit entièrement filtrée. Comptez dans tous les cas une moyenne de 2 heures de filtration en hiver, 3 à 6 heures à la mi- saison et de 8 à 24 heures en été. En fonction de la consommation électrique de votre pompe en kW/h et selon le prix de votre fournisseur, vous pouvez anticiper et estimer votre consommation annuelle moyenne.

Temps de filtration et piscine à débordement

Le cas des piscines à débordement est légèrement différent. C’est la position des buses de refoulement qui va déterminer le temps de filtration. Si elles sont disposées sur une ligne unique en face du débordement, le temps de filtration doit être allongé. Si en revanche elles se trouvent sur deux lignes ou du côté de la goulotte, vous pouvez calculer le temps de filtration comme vous le feriez pour une piscine classique.

Quand doit-on filtrer en continu ? Quand doit-on augmenter la durée de filtration ?

Il est rarement nécessaire de filtrer en continu, cependant des conditions extrêmes peuvent l’exiger. C’est le cas lorsque la température de l’eau dépasse 27 degrés et que le risque bactériologique est accru, ou lorsque l’eau a viré au vert ou se trouble anormalement, signe là aussi d’une pollution intense. Dans les deux cas, la filtration en continu va alors appuyer le processus de désinfection (préventif ou curatif) mené par ailleurs à l’aide de produits de traitement adéquats.

Il peut aussi être nécessaire d’augmenter le temps de filtration lorsque le temps est lourd et orageux, ou en cas de fortes pluies. L’acidité de la pluie pourrait en effet nuire au bon équilibre de l’eau de votre bassin.

Hivernage : Quand faut-il hiverner sa piscine ?

Les derniers bains sont déjà loin, l’automne s’est installé, il est temps de penser à l’hivernage de la piscine.

Quelle solution d’hivernage choisir pour que votre piscine passe l’hiver sans souci ?

Hivernage actif, hivernage passif, quelles différences ?

Voici toutes les bonnes questions à se poser pour définir la solution d’hivernage la mieux adaptée, pour vous et votre piscine.
 

Quand faut-il hiverner sa piscine ?

En réalité, dès que l’été s’achève et que plus personne ne se baigne, il n’y a plus aucune raison de continuer à filtrer et traiter l’eau.
En général, dès que l’eau atteint une température comprise entre 12 et 15°C, l’hivernage peut être effectué.
Rappelez-vous que lorsque l’eau est à moins de 15°C, les électrolyseurs doivent être arrêtés.
C’est le moment de procéder à l’entretien annuel des équipements : nettoyage et détartrage du filtre à sable, nettoyage des filtres à cartouche.
Il suffit de les passer au jet puis d’ajouter du détartrant : laissez agir et rincez avant de remettre en place.

L’hivernage actif : possible pour les hivers doux des régions du sud

    • Pour qui ?
C’est la solution de simplicité, certains diront de facilité, qui nécessite le moins de travail. L’hivernage actif est réservé aux régions où le risque de gel est très faible, puisque les circuits ne sont pas vidangés.
Si vous observez régulièrement plusieurs jours et nuits de gel d’affilée dans votre région, oubliez ! Votre matériel peut subir des dommages irréversibles en cas de gel.
    • Le principe
Le principe de l’hivernage actif est de maintenir le fonctionnement de la filtration au ralenti, donc de laisser la piscine « active ». Concrètement, il faut ajouter un produit d’hivernage à l’eau, puis filtrer pendant les heures les plus froides, où le risque de gel est le plus important.
La filtration aura donc lieu en fin de nuit et surtout au petit matin à partir du moment où l’eau est à 12°C.
 
    • Combien de temps ?
La règle générale est de diviser la température de l’eau par 3 pour obtenir la durée de filtration idéale. En pratique, si la température ambiante extérieure descend jusqu’à 5°C, cela équivaut en moyenne à 2 à 3 h de filtration par jour.
Au-dessous de 5°C, il faudra filtrer plus longtemps, parfois 24 h sur 24 s’il gèle, pour ne prendre aucun risque.
Si la température de l’eau passe au-dessus de 12°C, vous devrez surveiller la qualité de l’eau, car les micro-organismes se multiplient à cette température.
 
    • Le Plus
Facile à mettre en place sans effort, mis à part le nettoyage du filtre de temps en temps et la surveillance de l’eau.
 
    • Le Moins
L’hivernage actif consomme de l’électricité, ce qui en fait une solution plus coûteuse.
Toute coupure d’électricité peut être fatale. Si des mesures de délestage sont mises en place dans votre région en cas de grand froid, le risque de gel est important et les dégâts potentiels sur le bassin, les tuyaux, la pompe, les filtres aussi…
Impossible aussi de partir en vacances, une coupure d’électricité peut être programmée pendant votre absence.

L’hivernage passif, recommandé en cas de risque de gel

    • Pour qui ?
Pour tout le monde, puisque la piscine est arrêtée et le système vidangé, il n’y a aucun risque de gel avec l’hivernage passif. Il convient aux régions du nord comme du sud et permet d’affronter les hivers rigoureux dans les meilleures conditions.
 
    • Le principe
Le principe de l’hivernage passif consiste à baisser le niveau d’eau sous les skimmers, à vidanger les tuyaux et tous les équipements (filtre, pompe, pompe à chaleur…) de manière à ce qu’il n’y ait plus du tout d’eau dans le système. Les buses et les skimmers sont bouchés, un produit d’hivernage est ajouté à l’eau, des flotteurs sont installés à la surface en diagonale du bassin pour éviter que le bassin ne souffre en cas de gel, la piscine est bâchée.
 
    • Le Plus
La tranquillité, quelles que soient les conditions climatiques, même si on est absent, parfait pour les résidences secondaires.
 
    • Le Moins
L’hivernage passif exige davantage de travail à l’automne et au printemps puisqu’il faudra aussi remettre tout le système en eau et en fonctionnement.

Le trajet hydraulique

L’eau de votre piscine passe dans un circuit plusieurs fois par jour afin d être purifiée. Il s’agit d’un circuit fermé constitué de canalisations, tuyauteries et équipements. L’eau entre dans le circuit via les skimmers et en ressort par les buses de refoulement. Entre ces 2 derniers sont intercalés de nombreux dispositifs.

Ordre de passage de l’eau dans les différents équipements :

L’eau se dirige vers :

    • Les skimmers et bondes de fond et sort du bassin vers la pré-filtration
    • La pompe qui créé un courant, l’eau est aspirée
    • Le filtre où les impuretés sont éliminées
    • Le chauffage est facultatif, il permet de chauffer l’eau surtout dans notre région à cause du vent
    • Le système d’injection des produits de traitement ou Injection de chlore, floculent, etc.
    • Les buses de refoulement qui renvoient l ‘eau propre dans le bassin

Circulation de l’eau dans le bassin :

L’eau de votre piscine doit stagner le moins possible. Une eau stagnante entraîne la prolifération d’algues et de micro-organismes.

La pompe va créer un courant. Grâce à ce courant, l’eau va pouvoir entrer dans les skimmers puis emprunter le circuit de filtration pour ressortir totalement propre via les buses de refoulement qui elles aussi créent du mouvement dans le bassin.

Depuis le 01 janvier 2006

Depuis le 01 janvier 2006, toutes les piscines enterrées, non closes, privatives à usage individuel ou collectif, doivent être pourvues d’un dispositif de sécurité visant à prévenir les risques de noyade.

Quatre types de dispositifs sont admis (barrières, alarmes, couvertures, abris) sous réserve de leur conformité aux normes suivantes :
Barrières de protection (norme NF P90-306)
Alarmes de piscines (norme NF P )
Couvertures de sécurité (norme NF P90-308/A1)
Abris de piscines (norme NF P90-309/A1).

Depuis le 19 janvier 2010, et pour les seules alarmes par détection d’immersion exigez de votre vendeur ou de votre installateur, outre l’attestation de conformité à la norme NF P , qu’il vous fournisse une copie de l’attestation de conformité aux exigences de l’annexe 1, du décret du 16 juillet 2009, délivrée par un organisme indépendant du fabricant ou de l’importateur.
Ces matériels doivent être mis en place, même en cas d’absence momentanée du propriétaire de la piscine. S’agissant des alarmes de piscines, l’intervention rapide, en moins de trois minutes, d’un adulte responsable est obligatoire lorsque le signal d’alerte retentit.

SOYEZ VIGILANT, NE LAISSEZ JAMAIS UN ENFANT APPROCHER DE VOTRE PISCINE SANS SURVEILLANCE

www.servipool.fr

Calculer le volume d’eau de sa piscine

Pour tout propriétaire de piscine hors sol ou enterrée, il arrive souvent qu’il faille connaître le volume d’eau de sa piscine, notamment pour choisir le système de filtration ou de chauffage, ou encore pouvoir doser efficacement les produits de traitement.

Dans cet article nous allons voir pourquoi et comment calculer le volume d’eau contenu dans sa piscine. Une procédure qui peut paraître compliquée au premier abord, mais qui est en vérité très simple a réaliser, et surtout primordiale si l’on veut utiliser sa piscine dans les meilleures conditions.

Imaginez deux piscines, une petite 10 m³ et une grande 35 m³, utilisant un même système de filtration d’un débit de 25 m³/h.

Dans le premier cas la filtration de l’eau va se faire plus rapidement. Elle sera disproportionnée par rapport au volume de la piscine. Cela entraînera une surconsommation d’électricité et donc un coût plus élevé de fonctionnement. A l’inverse, pour la grande piscine, la pompe de filtration ne sera pas assez puissante et mettra plus de temps à filtrer toute la piscine.

En pratique, on adapte la puissance de filtration au volume d’eau. C’est pourquoi il est important de connaître son volume d’eau.

Connaître le volume d’eau de sa piscine est primordial pour pouvoir ensuite la traiter correctement.

Ce volume détermine :

Les doses de produits (chlore, oxygène actif, pH, …)
Le choix du filtre
Le choix de la pompe
Le réglage de la programmation pour filtrer efficacement
Le choix du système de chauffage
Le choix du robot

Comment calculer le volume d’eau de sa piscine ?

Je vous propose un calcul simplifié qui vous donnera un résultat suffisamment fiable pour choisir efficacement votre équipement.

NB : Ce calcul comporte une légère marge d’erreur. C’est pourquoi, il est toujours mieux d’arrondir le résultat au volume (m³, mètre cube) supérieur. Cela permet d’avoir un chiffre rond, plus pratique pour faire des calculs de doses (des produits) ensuite et, par la-même, être certain de traiter efficacement.

Calcul n°1 : La profondeur moyenne de la piscine (en mètres) :

(Profondeur maxi + Profondeur mini) / 2
Exemple : (2,5 + 1,5) / 2 = 2 m

Calcul n°2 : Le volume (en m³) de la piscine en fonction de la forme de la piscine :

Piscine rectangulaire ou carrée :

Longueur x Largeur x Profondeur moyenne
Exemple : 8 m x 4 m x 2 m = 64 m3

Piscine de forme géométrique libre :

Découper la piscine en éléments simples (carrés et rectangles)
Calculer ensuite le volume de chaque élément (comme vu précédemment)
Les additionner

Piscine ronde :

Diamètre x Diamètre x Profondeur moyenne x 0,78
Exemple : 4 m x 4 m x 1,50 m x 0,78 = 18,72 m3 (arrondi à 19 m3)

Piscine ovale :

Longueur x Largeur x Profondeur moyenne x 0,89
Exemple : 8 m x 4 m x 1.50 m x 0.89 = 42.72 m³ (arrondi à 43 m³)

Piscine de forme libre arrondie :

Grande longueur x Grande largeur x Profondeur moyenne x 0,85