Hivernage

Lors de la saison froide, votre piscine est inutilisée. Cela étant, une piscine s’entretient toute l’année : l’hiver, elle doit donc faire l’objet d’un soin tout particulier afin d’être prête pour la saison suivante. L’hivernage d’une piscine diffère en fonction de la température de votre région.

Vous pourrez alors opter pour deux possibilités : l’hivernage actif ou l’hivernage passif.

Pourquoi faut-il mettre sa piscine en hivernage ?

Certaines personnes pourraient être tentées de vider l’eau de leur piscine et la laisser ainsi durant l’intégralité de l’hiver. Or, il est formellement déconseillé de laisser une piscine entièrement vide sur une si longue période.

Sans eau, celle-ci ne bénéficie plus d’aucune protection et les risques de fissuration des parois ou d’endommagement du revêtement sont fortement accrus. A l’inverse, l’hivernage de la piscine vous permettra de protéger sa structure, et d’éviter d’avoir à la remplir entièrement une fois l’été retrouvé. Vous économiserez du même coup une très forte consommation d’eau, en pouvant réutiliser celle que vous aurez soigneusement entretenu pendant la saison froide.

A quelle température de l’eau faut-il déclencher l’hivernage ?

L’hivernage de la piscine doit être amorcé lorsque la température de l’eau descend et se stabilise en dessous des 12°c.

Il s’agit d’un seuil qui empêche la formation des micro-organismes et des algues, et qui ne nécessite donc plus le même entretien qu’avec des températures plus élevées. Il est donc important de ne pas déclencher un hivernage prématurément, afin d’éviter la formation de ces micro-organismes.

A l’inverse, il faudra être suffisamment réactif pour commencer l’hivernage avant la formation de gel, qui pourrait fortement endommager votre piscine : une eau gelée et plus dense peut aller jusqu’à faire éclater vos tuyaux de canalisations.

Hivernage passif ou actif

Selon votre région, vous pourrez opter pour deux solutions : l’hivernage passif ou l’hivernage actif.

Dans les régions les plus froides, le risque de formation de gel exige l’adoption d’un hivernage passif. Celui-ci implique que la piscine reste en sommeil durant tout l’hiver. La filtration, le nettoyage et l’entretien sont coupés, et la maintenance n’en n’est que simplifiée. Cela étant, la mise en place de l’hivernage passif réclame une préparation importante. Il faudra au préalable nettoyer entièrement le bassin et procéder à un traitement de choc afin que l’eau reste saine. Le niveau de l’eau devra être abaissé, en procédant à une vidange. Pour assurer le maintien de la qualité de l’eau, vous devrez ajouter un produit spécial anti algues et anti calcaire, et installer divers accessoires afin d’empêcher le gel de dégrader vos équipements : ballons d’hivernage, flotteurs, bouchons, et bien sûr, une couverture d’hivernage. Si vous habitez en région froide, nous vous invitons donc à consulter notre sélection de bâches d’hivernage piscine, ainsi que notre offre de bâches d’hivernage sur mesure.

L’hivernage actif fonctionne selon un principe différent et consiste à laisser tourner la piscine au ralenti durant la saison froide. Cette solution permet de maintenir la filtration de l’eau en continu, sur une durée plus courte (environ 2 à 3 heures par jour). Avant d’en arriver là, il est nécessaire de verser un produit spécial hivernage en début de saison et de créer des mouvements réguliers dans l’eau afin d’éviter la formation de gel. Le pH de l’eau devra être régulièrement vérifié afin d’assurer son bon équilibre. L’hivernage actif dispense les propriétaires de couvrir leur piscine avec une bâche, en particulier si le nettoyage du fond est maintenu sur une base régulière.

Le trajet hydraulique

L’eau de votre piscine passe dans un circuit plusieurs fois par jour afin d être purifiée. Il s’agit d’un circuit fermé constitué de canalisations, tuyauteries et équipements. L’eau entre dans le circuit via les skimmers et en ressort par les buses de refoulement. Entre ces 2 derniers sont intercalés de nombreux dispositifs.

Ordre de passage de l’eau dans les différents équipements :

L’eau se dirige vers :

    • Étape 1 : Les skimmers et bondes de fond et sort du bassin vers la pré-filtration
    • Étape 2 : La pompe qui créé un courant, l’eau est aspirée
    • Étape 3 : Le filtre où les impuretés sont éliminées
    • Étape 4 : Le chauffage est facultatif, il permet de chauffer l’eau surtout dans notre région à cause du vent
    • Étape 5 : Le système d’injection des produits de traitement ou Injection de chlore, floculent, etc.
    • Étape 6 : Les buses de refoulement qui renvoient l ‘eau propre dans le bassin

Circulation de l’eau dans le bassin :

L’eau de votre piscine doit stagner le moins possible.

Une eau stagnante entraîne la prolifération d algues et de micro-organismes.

La pompe va créer un courant.

Grâce à ce courant, l’eau va pouvoir entrer dans les skimmers puis emprunter le circuit de filtration pour ressortir totalement propre via les buses de refoulement qui elles aussi créent du mouvement dans le bassin.

Depuis le 01 janvier 2006

Depuis le 01 janvier 2006, toutes les piscines enterrées, non closes, privatives à usage individuel ou collectif, doivent être pourvues d’un dispositif de sécurité visant à prévenir les risques de noyade.

Quatre types de dispositifs sont admis (barrières, alarmes, couvertures, abris) sous réserve de leur conformité aux normes suivantes :
Barrières de protection (norme NF P90-306)
Alarmes de piscines (norme NF P )
Couvertures de sécurité (norme NF P90-308/A1)
Abris de piscines (norme NF P90-309/A1).

Depuis le 19 janvier 2010, et pour les seules alarmes par détection d’immersion exigez de votre vendeur ou de votre installateur, outre l’attestation de conformité à la norme NF P , qu’il vous fournisse une copie de l’attestation de conformité aux exigences de l’annexe 1, du décret du 16 juillet 2009, délivrée par un organisme indépendant du fabricant ou de l’importateur.
Ces matériels doivent être mis en place, même en cas d’absence momentanée du propriétaire de la piscine. S’agissant des alarmes de piscines, l’intervention rapide, en moins de trois minutes, d’un adulte responsable est obligatoire lorsque le signal d’alerte retentit.

SOYEZ VIGILANT, NE LAISSEZ JAMAIS UN ENFANT APPROCHER DE VOTRE PISCINE SANS SURVEILLANCE

www.servipool.fr

Flux hydraulique

L’eau de votre piscine passe dans un circuit plusieurs fois par jour afin d’être purifiée. Il s’agit d’un circuit fermé constitué de canalisations, tuyauteries et équipements. L’eau entre dans le circuit via les skimmers et en ressort par les buses de refoulement. Entre ces 2 derniers sont intercalés de nombreux dispositifs.

1 – Ordre de passage de l’eau dans les différents équipements
L’eau se dirige vers :
Étape 1 : Les skimmers et bondes de fond et sort du bassin vers la pré-filtration
Étape 2 : La pompe créé un courant, l’eau est aspirée
Étape 3 : Le filtre qui élimine les impuretés
Étape 4 : Le chauffage est facultatif, il permet de chauffer l’eau surtout dans notre région à cause du vent
Étape 5 : Le système d’injection des produits de traitement ou Injection de chlore, floculent, etc.
Étape 6 : Les buses de refoulement qui renvoient l’eau propre dans le bassin

2 – Circulation de l’eau dans le bassin
L’eau de votre piscine doit stagner le moins possible. Une eau stagnante entraine la prolifération d algues et de micro-organismes. organismes. La pompe va créer un courant. Grâce à ce courant, l’eau va pouvoir entrer dans les skimmers puis emprunter le circuit de filtration pour ressortir totalement propre via les buses de refoulement.

www.servipool.fr

Calculer le volume d’eau de sa piscine

Pour tout propriétaire de piscine hors sol ou enterrée, il arrive souvent qu’il faille connaître le volume d’eau de sa piscine, notamment pour choisir le système de filtration ou de chauffage, ou encore pouvoir doser efficacement les produits de traitement.

Dans cet article nous allons voir pourquoi et comment calculer le volume d’eau contenu dans sa piscine. Une procédure qui peut paraître compliquée au premier abord, mais qui est en vérité très simple a réaliser, et surtout primordiale si l’on veut utiliser sa piscine dans les meilleures conditions.

Imaginez deux piscines, une petite 10 m³ et une grande 35 m³, utilisant un même système de filtration d’un débit de 25 m³/h.

Dans le premier cas la filtration de l’eau va se faire plus rapidement. Elle sera disproportionnée par rapport au volume de la piscine. Cela entraînera une surconsommation d’électricité et donc un coût plus élevé de fonctionnement. A l’inverse, pour la grande piscine, la pompe de filtration ne sera pas assez puissante et mettra plus de temps à filtrer toute la piscine.

En pratique, on adapte la puissance de filtration au volume d’eau. C’est pourquoi il est important de connaître son volume d’eau.

Connaître le volume d’eau de sa piscine est primordial pour pouvoir ensuite la traiter correctement.

Ce volume détermine :

Les doses de produits (chlore, oxygène actif, pH, …)
Le choix du filtre
Le choix de la pompe
Le réglage de la programmation pour filtrer efficacement
Le choix du système de chauffage
Le choix du robot

Comment calculer le volume d’eau de sa piscine ?

Je vous propose un calcul simplifié qui vous donnera un résultat suffisamment fiable pour choisir efficacement votre équipement.

NB : Ce calcul comporte une légère marge d’erreur. C’est pourquoi, il est toujours mieux d’arrondir le résultat au volume (m³, mètre cube) supérieur. Cela permet d’avoir un chiffre rond, plus pratique pour faire des calculs de doses (des produits) ensuite et, par la-même, être certain de traiter efficacement.

Calcul n°1 : La profondeur moyenne de la piscine (en mètres) :

(Profondeur maxi + Profondeur mini) / 2
Exemple : (2,5 + 1,5) / 2 = 2 m

Calcul n°2 : Le volume (en m³) de la piscine en fonction de la forme de la piscine :

Piscine rectangulaire ou carrée :

Longueur x Largeur x Profondeur moyenne
Exemple : 8 m x 4 m x 2 m = 64 m3

Piscine de forme géométrique libre :

Découper la piscine en éléments simples (carrés et rectangles)
Calculer ensuite le volume de chaque élément (comme vu précédemment)
Les additionner

Piscine ronde :

Diamètre x Diamètre x Profondeur moyenne x 0,78
Exemple : 4 m x 4 m x 1,50 m x 0,78 = 18,72 m3 (arrondi à 19 m3)

Piscine ovale :

Longueur x Largeur x Profondeur moyenne x 0,89
Exemple : 8 m x 4 m x 1.50 m x 0.89 = 42.72 m³ (arrondi à 43 m³)

Piscine de forme libre arrondie :

Grande longueur x Grande largeur x Profondeur moyenne x 0,85